voyage canaries, séjours et hôtels pas cher à Fuerteventura
Séjour Fuerteventura 5 nuits à partir de 499€

Voyage Canaries, séjour hôtel à Fuerteventura

Ses collines chauves et ses vastes dunes lui ont valu le surnom de « petit Sahara ». Le soleil et le silence ont fait le reste. Les paysages rouge et ocre piqués de quelques moulins, la pêche, l’immensité des plages composent les principaux attraits de l’île. La transparence de ses eaux et les couleurs verdoyantes de son centre évoquent « une oasis dans le désert du monde », comme se plaisait à le souligner le philosophe Miguel de Unamuno. Profitez d'un séjour à Fuerteventura en choisissant un séjour hôtel pas cher de Travel Evasion. Travel Evasion vous propose toute une gamme de séjours aux Canaries: séjours à Tenerife ou la Grande Canarie, séjours à Lanzarote.

  • Météo Fuerteventura
  • Que faire à Fuerteventura ?
  • Les belles plages de Fuerteventura

Quand partir à Fuerteventura ?

À partir du mois de juin, le grand soleil est garanti. En juillet et août, le vent d’est apporte parfois un air brûlant et desséchant d’origine saharienne. L’automne et le printemps sont les saisons les plus agréables pour visiter les îles. Elles sont un peu plus pluvieuses que les autres mais les températures sont douces et la fréquentation faible. L’hiver reste doux et agréable, c’est la période de la haute saison ! L’océan n’est jamais trop froid pour les intrépides et toujours trop frais pour ceux qui apprécient les bains chauds et prolongés.

Boucler sa valise pour un séjour à Fuerteventura :

Des vêtements légers sont conseillés mais les vents alizés soufflent en permanence, apportant une certaine fraîcheur, le soir, prévoir donc un pull de laine ainsi que pour les randonnées à l’intérieur des îles, surtout quand les montagnes sont hautes. Pour ces randonnées, outre de bonnes chaussures, un coupe-vent imperméable est indispensable. Une crème solaire haute protection, surtout pour les enfants est aussi indispensable; elle n’empêche pas de bronzer mais évite les coups de soleil catastrophe.

Santé :

Aucun vaccin n’est obligatoire pour entrer dans les îles ; il est toutefois recommandé, comme partout ailleurs, de se faire vacciner contre le tétanos. Inutile de s’encombrer d’une trousse de médicaments importante, les pharmacies sont nombreuses et délivrent tous les médicaments européens ou leurs équivalents espagnols. En cas de problème, demander conseil et aide à la réception de l’hôtel. Ne pas oublier d’utiliser des crèmes haute protection, surtout les premiers jours, car un mauvais coup de soleil peut gâcher toutes les vacances. Éviter de boire un liquide glacé après une longue exposition au soleil. Lorsque l’on part en excursion ou en randonnée, il est conseillé d’emporter une bouteille d’eau afin d’éviter la déshydratation. Il faut également faire attention aux imprudences alimentaires afin d’éviter les troubles intestinaux.

Passeport et visa :

Une carte d’identité en cours de validité ou un passeport sont requis pour les ressortissants de la Communauté européenne.

Faire ses achats à Fuerteventura :

L’artisanat est varié et, en général, de bonne qualité. Certaines pièces ont pour caractéristique principale la rusticité, qui leur donne un attrait particulier. 

La broderie : Les Canariens sont de grands brodeurs : nappes napperons et centres de table sont réalisés sur tout l'archipel. Mais c'est principalement à Puerto del Rosario que les vêtements sont fabriqués.

Le tissage : Il s'effectue à partir de fines bandes de couleur taillées dans des pièces de tissu puis tordues et tissées sur un métier.

La vannerie : En paille, roseau, rotin ou osier, on trouve toutes sortes de sacs, paniers avec et sans couvercle, panières…Les Canariens réalisent aussi des nasses très résistantes pour les pêcheurs.

Le couteau canarien : Tous les paysans ont leur cuchillo canario dans la
poche. Il est beau et décoratif mais aussi utile.

La poterie : Reprenant la tradition guanche, ces terres cuites sont
faites entièrement à la main. On les trouve à Puerto del Rosario.

Les cactus : En repartant, vous pourrez acheter à l'aéroport un superbe cactus pour 30 €, mais il sera encore moins cher si vous faites une halte dans une pépinière lors de vos balades.

 

Parque Natural de Corralejo : A 42 km au nord de Puerto del Rosario. Lanzarote se profile à l’horizon et, sur la droite, en face, se trouve l’île rocheuse de Lobos, qu’on peut visiter. Le long de la côte, ce parc, avec l’île de Lobos, est le parc le plus important de Fuerteventura. En traversant de belles plages, telles que Puerto de la Pena et les plages du Levantadas, on y observe un paysage calme et quasiment dénué de végétation, une mer de sable qui s’étend sous le soleil et sous les pieds des promeneurs. Plus loin s’élèvent les montagnes de Tindaya, comme Malpais de la Arenas, ou encore la Montana Roja, à 312 m. Le parc est également l’habitat de nombreuses espèces protégées.

El Cotillo : A 12 km au nord-ouest de La Oliva. Son église est consacrée à la Vierge du Bon Voyage, il ne pourrait en être autrement pour un village où la contrebande est une tradition séculaire ! Le château de Rico Roque (1743) est l’emblème de l’importance de ce petit port jusqu’au xviiie siècle. Du hare on embrasse l’océan, dont les eaux prennent des couleurs turquoise, l’écume blanche des vagues vient mourir sur le sable blanc ponctué de rochers noirs. Il ne faut pas craindre d’emprunter la piste qui longe l’océan pour rejoindre Corralejo. Son aspect est un peu rébarbatif mais, pas d’inquiétude, la récompense est toute proche : plages et criques, plus belles les unes que les autres, se succèdent sous vos yeux.

La Oliva : A 15 km de Tefia, 25 km de Puerto del Rosario. Entre vieux moulins, troupeaux de chèvres et maisons blanches, cette ville, qui semble assoupie, conserve quelques restes de l’époque où elle était capitale de l’île, dont une église aux larges contreforts et aux angles de pierre. La Maison des Colonels, construite au xviiie siècle, semble, malheureusement, un peu laissée à l’abandon. Sa façade, flanquée de deux tours, supporte six balcons en bois de style baroque remarquables, ainsi que des volets en bois sculpté. Le Centre d’artisanat canarien, « Casa Mané », présente une collection d’art canarien moderne. Des artistes réputés exposent ici leurs sculptures, peintures ou encore poteries.

Betancuria : A 30 km au sud-est de Puerto del Rosario. S’il y avait un seul lieu à visiter sur Fuerteventura, ce serait Betancuria. Ville fondée en 1405 par le conquistador Jean de Béthencourt, ancienne capitale de l’île, elle se love dans une vallée idyllique. On ne se lasse pas d’arpenter ses petites rues pavées et bordées de charmantes maisons aux portails remarquables. L’église Santa María, consacrée comme cathédrale par le pape Martin V, date du xviie siècle ; mais elle fut reconstruite en 1691, après la destruction de la ville, réduite en cendres par le corsaire Jaban en 1593.

Pájara : A 8 km au sud de Betancuria. La route court à flanc de montagne dans cette région désertique où ne poussent que des agaves. Aux alentours de Pájara, le temps érode petit à petit les maisons de brique. Avant la place, avec un peu de chance, on peut assister à une scène quasiment biblique : un chameau remontant l’eau d’un puits en faisant tourner la noria. L’église, entourée d’un magnifique jardin, possède un curieux portail de pierre, sculpté de motifs d’inspiration aztèque. À l’intérieur se trouve la statue de la Vierge Nuestra Señora de Regla, probablement apportée du Mexique.