Voyage Baléares, séjour pas cher à Minorque
Séjour au Sri Lanka à partir de 549€

Voyage Sri Lanka, séjours et circuits pas cher

Lors de votre voyage au Sri Lanka, venez découvrir les forêts précieuses, cités anciennes et villes saintes, peintures uniques… tous ces endroits plus beaux les uns que les autres classés au patrimoine mondiales par l'UNESCO.  En voyages au Sri Lanka, visitez cet ancien comptoir colonial et sanctuaire pour le monde sauvage. Avec Travel Evasion, découvrez aussi, proche du Sri Lanka : voyage Ile Maurice pas chervoyage Thailande et voyage aux Maldives pas cher.

  • Météo Sri Lanka 
  • Que faire au Sri Lanka ?
  • Les incontournables du Sri Lanka 

Quand partir au Sri Lanka ?

Soumise à un climat équatorial, l’île peut être visitée tout au long de l’année, la meilleure saison se situant néanmoins de novembre à mars, et plus précisément de janvier à mars – période où la pluviosité est la plus faible et l’ensoleillement le plus marqué. Le climat varie suivant les moussons et l’altitude. La mousson du sud-ouest apporte la pluie de mai à septembre, celle du nord-est survient de novembre à février. Les températures, plus élevées sur le littoral, deviennent tempérées, voire fraîches, dans les montagnes de l’intérieur. 
Bijoux 

Boucler sa valise pour un séjour au Sri Lanka :

Emporter des vêtements légers, en coton de préférence ; y ajouter un vêtement plus chaud pour les circuits de l’intérieur et un vêtement imperméable (blouson léger). Opter pour une tenue décente, le bermuda ou le pantalon plutôt que le mini-short ; cela permet, par ailleurs, de mieux se protéger des moustiques… Les visites de temples sont fréquentes : tenues correctes, chaussures faciles à enlever et, parfois, chaussettes pour marcher sur les rochers brûlants. Ne pas oublier lunettes de soleil, casquette ou chapeau, ainsi que maillot de bain et sandales. 

Santé :

Aucun contrôle sanitaire n’existe à l’entrée du Sri Lanka ou des Maldives, qui ne sont pas des pays à problèmes concernant la santé. Un certain nombre de précautions n’en demeurent pas moins indispensables. Le vaccin contre la typhoïde, la paratyphoïde et le tétanos (DTTAB) est vivement conseillé, de même que les vaccins contre les hépatites A et B. La prévention contre le paludisme n’est pas non plus à négliger. Le traitement prophylactique consiste, le plus souvent, en une prise quotidienne de Savarine pour les adultes pesant plus de 45 kg (traitement commencé 4 à 5 jours avant l’exposition au risque de paludisme, et poursuivi pendant 4 semaines après le retour).

Passeport et visa :

Les voyageurs doivent être munis d’un passeport d'une validité supérieure à 6 mois. Ils doivent également posséder un billet de retour ou de transit. Visa obligatoire, à obtenir en ligne sur le site www.eta. gov.lk et payant (50$).

Faire ses achats au Sri Lanka :

Bijoux et pierres précieuses : Le Sri Lanka est célèbre, depuis l’époque romaine, pour la grande qualité de ses pierres précieuses ; leur commerce est largement répandu : saphirs bleus, jaunes ou étoilés, oeils-de-chat, topazes, améthystes, pierres de lune… Il est prudent d’effectuer ses achats chez un commerçant de confiance recommandé par l’office du tourisme.  
On peut par ailleurs, en cas d’acquisition d’une pièce importante, faire appel aux experts de la National Gem and Jewellery Authority (25, Galle Face Terrace, Colombo 3, tél. : 00 94 11 239 0645. Ouvert du lundi au vendredi de 8 h 45 à 16 h 45) qui contrôle les opérations d’extraction des pierres précieuses au Sri Lanka. Ventes dans le magasin d’Etat Sri Lanka Gem Jewellery Exchange situé dans le centre de Colombo, 310, Galle Road Colombo 3, ou dans l’une de ses succursales à l’aéroport de Colombo ou à Kandy.

Batiks et broderies : Si l'Indonésie a montré le chemin dans la réalisation des batiks, le Sri Lanka n'en est pas moins riche en production de pièces de qualité - un artisanat qui remonte au xve siècle. La complexité du travail justifie le prix souvent élevé de certaines pièces. Tissus, soies et broderies, aux couleurs volontiers flamboyantes, sont autant de produits agréables à utiliser pour la décoration ou l’habillement.

Poteries, bois, vannerie : Des pièces de poterie aux dessins simples et harmonieux, des sculptures sur bois, des objets de petite dimension en osier, peuvent trouver place dans les bagages de retour, mais attention à la qualité de finition, trop souvent médiocre.

Instruments de musique et masques : Ils constituent un souvenir authentique et original : masques colorés du Kolam, masques de guérison, tambours taillés dans des bois exotiques. 

 

Partir en voyage au Sri Lanka, c’est découvrir les merveilles que nous a laissé la nature comme par exemple le Pic d’Adam. Il s'agit bien là de la gigantesque montagne au sommet de laquelle se trouve une empreinte de pas qui en fait parler plus d'un depuis bien longtemps. Les hindouistes pensent qu’elle appartient au Dieu Vishnu, les musulmans à Adam et les bouddhistes quant à eux à Shiva. Vous trouverez surement le temps pendant votre voyage au Sri Lanka de passer par la plage de Mirissa, endroit idéal pour se reposer sous de gigantesques cocotiers et profiter de la brise. Une quantité d'activités à en faire palir plus d'un s'offrira à vous lors de votre séjour au Sri Lanka, pour ne citer que les plus connues : la baignade, surf, kitesurf, rafting, canoë, planche à voile, promenade en bateau, randonnée, golf et snorkeling. Si vous êtes passionnés d'histoire, vous ne pourrez rater le musée archéologique de Sigiriya. Il abrite d’importantes collections d’œuvres d’art archéologiques, datant de la préhistoire jusqu'à l’âge d‘or. 

  • Site du Mahathupa, Anuradhapura : La Chronique affirme que le site fut choisi par Mahinda, qui prédit sa future construction par le roi Dutugemunu. Ce dernier eut à effectuer une sélection parmi 500 projets architecturaux. Le gagnant, après avoir demandé un bol d’or plein d’eau, recueillit un peu du liquide dans sa main et le laissa retomber dans le bol. Une bulle parfaite se forma : « C’est ainsi que je le ferai. » Malheureusement, les restaurations successives ont modifié son contour. Le roi ne put l’achever avant sa mort, en 144 av. J.-C. De dimensions impressionnantes, son soubassement se présente sous la forme d’un mur d’éléphants soutenant les dalles de pierre de la plate-forme. A proximité, une statue plus grande que nature est sans doute une représentation du roi Dutugemunu.
  • Lohapasada, Anuradhapura : A quelques centaines de mètres au nord-est apparaissent les vestiges du palais de Bronze, qui fut un bâtiment de neuf étages avec un toit de bronze et un millier de chambres pour les moines. Cette œuvre du roi Dutugemunu ne fut rien moins que provisoire puisqu’elle périt dans les flammes quinze années à peine après son édification. Plusieurs fois l’objet de restaurations, la véritable forêt de piliers que l’on voit aujourd’hui - 1 600 colonnes manifestement récupérées de plusieurs bâtiments avoisinants - représente les restes du travail de Parakramabahu le Grand, au xiie siècle. Cela vient à l’appui de la thèse selon laquelle l’architecture d’Anuradhapura utilisait essentiellement des matériaux périssables.
  • L’arbre de l’Illumination, Anuradhapura : Au cœur de la ville, le Sri Maha Bodhi, ou arbre de l’Illumination (Bodhi, en sanscrit), est une branche de l’arbre originel de Bodha-Gaya où le Bouddha, il y a vingt-cinq siècles, atteignit l’illumination. Ce ficus religiosa est le plus vieil arbre du monde (plus de 2 200 ans). C’est le lieu le plus sacré du Sri Lanka, et les pèlerins affluent en grand nombre pour le vénérer, en particulier lors de la pleine lune de mai-juin. Egalement arbre sacré pour les hindous, il n’a pas souffert des nombreuses invasions et, lorsque la cité se tenait au milieu de la jungle, les villageois allumaient des feux afin d’en éloigner les animaux sauvages.
  • Le Rocher du lion, Sigiriya : L'ascension du rocher mène à la rencontre des « Demoiselles de Sigiriya », qui étalent leurs charmes dans une dépression de la roche. Les interprétations ne manquent pas, qu’elles soient identifiées comme princesses, en voyant dans Sigiriya un symbole de royauté divine (organisation spatiale du site, palais à son sommet, escalier en forme de lion), ou comme apsara, « nymphes des eaux » et compagnes de plaisir des dieux. L'arrivée au sommet, alors que le vent souffle sur la vaste plate-forme, donne à voir un inoubliable spectacle : les vestiges d'un immense palais, avec son trône de pierre et son bassin, entourés de murs d’une épaisseur de 9 m, dominent la jungle alentour. 
  • Dambulla Cave Temple :  A 24 km au sud-ouest de Sigiriya. Riche en vestiges des temps préhistoriques, le site, fondé au iiie siècle av. J.-C., forme un complexe réalisé à partir d’une profonde caverne, en partie naturelle, en partie excavée. Des murs ont créé des séparations en 5 chambres, chacune constituant un sanctuaire indépendant. La plus grande est connue comme le Raja Maha Vihara après sa fondation par le roi Valagambahu d’Anuradhapura au ier siècle av. J.-C. Pas moins de 150 statues du Bouddha grandeur nature habitent cet espace peint et sculpté, long de 52 m et profond de 23 m. Le plafond est tapissé de fresques racontant la vie du Bouddha et les moments clés de l’histoire du Sri Lanka.
  • Temple of the Tooth, Kandy : Ouvert tlj de 5 h 30 à 20 h. A visiter de préférence au moment des cérémonies : 5 h 30, 9 h 30, 18 h 30. Entrée payante. Fouille très sérieuse à l’entrée. Tenue décente exigée. Le temple de la Dent, ou Dalada Maligawa, constitue le haut lieu du bouddhisme, non seulement pour le Sri Lanka, mais aussi pour de nombreux pèlerins venus du monde entier. A l’origine, il faisait partie d’un grand complexe architectural qui comprenait la résidence des souverains kandyens. Plusieurs fois l’objet de constructions, aux xviie et xviiie siècles, il fut complété par le dernier roi d’un pavillon octogonal (pattirippuva), aujourd’hui devenu bibliothèque. C’est de ce pavillon que le roi assistait aux festivités se déroulant sur le parvis du temple.
  • Royal Botanical Gardens, Peradeniya : Ouvert tlj de 8 h à 17 h 30. Entrée payante. A une altitude de 500 m et avec une température moyenne de 20 °C, la ville de Peradeniya constitue l'étape ultime et reposante qui précède l'entrée dans la cité des montagnes. Le Royal Botanical Gardens était le parc et la résidence royale au xviiie siècle avant de devenir, en 1821, six ans après la chute du royaume kandyen, un jardin botanique. Il couvre une superficie de 60 hectares dans une boucle du Mahaweli Ganga. Toutes les plantes y poussent en abondance, et l’on s’attardera particulièrement dans le pavillon des orchidées, le jardin aux épices et la majestueuse allée des palmiers royaux.
  • Mahanuwara, la grande cité : Bâtie à une altitude de 488 m, au creux de montagnes escarpées, la ville de Kandy, toujours appelée Mahanuwara ou Nuwara par les Cinghalais, fut la capitale du royaume kandyen et le siège du pouvoir du cent soixante-cinquième et dernier roi de Ceylan, ayant résisté aux assauts des colonisateurs portugais, hollandais et anglais pendant plus de trois siècles. La légende raconte qu’elle fut fondée en 1541 par un roi de Gampola, en raison d’une situation géographique qui mettait à l’abri des envahisseurs. Si l’année 1815 marque la fin d’une époque glorieuse, la « grande cité » n’en reste pas moins, de nos jours encore, la capitale historique et culturelle du Sri Lanka.
  • La cité de la lumière, Nuwara Eliya : A 77 km au sud de Kandy. La route directe qui traverse l’ancienne capitale Gampola permet de rejoindre Nuwara Eliya, à 1 884 m d’altitude, après un parcours au milieu des plantations de thé et des cascades. Si la fortune de cette ville remonte au xixe siècle, avec l’établissement de ce qui s'appela la « petite Angleterre », elle fut d’abord, au début du xviie siècle, un lieu de retraite pour les rois kandyens en butte aux attaques des Portugais. Blottie au milieu des bois, au pied du mont Pidurutalagala, plus haut sommet du Sri Lanka, elle assure au voyageur le plus complet dépaysement, par son climat, où pluie et brouillard sont fréquents, et par son architecture victorienne.
  • Negombo : A 35 km au nord de Colombo. C’est ici que survit la tradition des anciens bateaux de pêche, qu’ils s’appellent catamaran (terme anglais dérivé de deux mots tamouls, katta et maran, ou rondin attachés), oruwa (canoë) ou paruwa (radeau). Chaque matin, vers 11 h 30, le retour dans le lagon de Negombo des embarcations qui ont défié les mers constitue un spectacle impressionnant. Village tout entier tourné vers la mer, qui lui sert de garde-manger, il offre également au voyageur de sublimes pages où il lui sera possible de se prélasser loin de tous ses traquas tout en profitant de quelques produits locaux.