voyage ile de kos, sejour hotel

Voyage Île de Kos, Séjours hôtels

L’île de Kos est un joyau tranquille du dodécanèse. Ensoleillée d'avril à Octobre, cette île sera la destination parfaite du voyageur en quête de dépaysement et de plaisirs balnéaires. Les célèbres plages de Paradise, de Tagaki et Mastichari sont idéales pour la baignade et la détende. Vous aimerez les plages, la vieille ville fortifiée, la douceur de vivre, l’accueil chaleureux de ses habitants. Vous pourrez profiter lors de vos vacances à Kos des côtes turques à proximité et pourrez découvrir Bodrum et ses environs.

A découvrir également  : séjours à Corfouvoyages à Rhodes, séjour en Crète, voyage Chypre

METEO KOS

Partez à la découverte de l'Île de Kos :

L'île de Kos, deuxième île du Dodécanèse par la taille, jouit d'un climat agréable. Verdoyante et sauvage , cette île offre une profusion de sites archéologiques, de ruines hellénistiques et romaines, ou de forteresses byzantines et vénitiennes. Au IVe siècle av. J.-C., Kos était une puissance marchande, qui déclina après l'arrivée des Romains. Les chevaliers de Saint-Jean y régnèrent à partir de 1315, suivis par les Ottomans, avant d'être occupée par les Italiens et les Allemands, puis rattachée à la Grèce en 1948. Ses plaines, aux sols fertiles, sont couvertes d'oliviers, de vignes, de céréales et de cultures maraîchères. Si vous êtes plus attirés par ses plages de sable fin, celles de la côte sud-ouest  sont magnifiques, et les baies du nord-ouest se prêtent parfaitement aux activités nautiques. Une partie de la côte est vouée au tourisme, mais l'arrière-pays vous séduira car la vie insulaire traditionnelle s'y poursuit tranquillement.

Que faire à Kos ?

La ville de Kos : Dominée par la forteresse, la vieille ville fut endommagée par un séisme en 1933. Celui-ci qui fit apparaître des ruines antiques, mises au jour et restaurées par la suite. Le port abrite une multitude de bateaux proposant des excursions autour de l'île. Les rues sont bordées de cafés et le soir, en pleine saison, la foule envahit les trottoirs pour profiter des animations nocturnes. Palmiers et pins agrémentent les rues et les jardins regorgent de jasmin odorant. Nafklírou, la « rue des bars ››, s'étire près de l'agora antique, joliment éclairée le soir. Sur la Plateïa Platánou, le platane d'Hippocrate, qui aurait été planté par le célèbre médecin voici 2 400 ans, occupe la place entière. Non loin, la fontaine aux ablutions, construite en 1792 avec la mosquée, vit son eau se déverser dans un ancien sarcophage en marbre.

Le château des chevalier : La porte du château, du XVIe siècle, est ornée de gargouilles sculptées. Le donjon intérieur et les remparts, en pierre et en marbre, ont été construits entre 1450 et 1478 notamment avec des matériaux de l'Asklepieíon. Le château était une défense élevée par les chevaliers de Rhodes contre les Ottomans.

L'Agora antique : Au Sud de la Plateía Platánou, le site regroupe des ruines de la ville hellénistique d'origine et d'édifices byzantins. Les vestiges antiques, sur lesquels les chevaliers ont construit leurs édifices, ont été révélés par le séisme de 1933. Ne manquez pas la Kamára tou Fórou (arcade du forum) la stoa et le temple d'Héraclès du IIIe siècle av. J.-C., les sols de mosaïques, et les ruines du temple d'Aphrodite. Une basilique du Ve siècle a été découverte, en même temps que l'agora romaine.

Le Musée archéologique : Le musée archéologique de Kos vaut le détour. Il recèle plus d'une centaine de sculptures en marbre, découvertes sur l'île notamment la statue représentant Hippocrate. La cour centrale présente une mosaïque du IIIe siècle après. J.-C. Sous le péristyle sont exposées plusieurs statues de l'époque romaine, notamment celle de Dionysos. L'aile orientale du musée contient des statues romaines, l'aile nord des trouvailles grecques.

Vestiges romains : La Casa Romana, comptait 26 pièces et trois bassins entourés de cours ombragées bordées de colonnes ioniennes et corinthiennes. Les belles mosaïques représentent des dauphins, des lions et des léopards. La salle à manger possède des murs en marbre, et plusieurs pièces sont ornées de peintures. Sur le sol, vous verrez les thermes mis au jour et une partie de la principale voie romaine, avec des chapiteaux antiques et des vestiges hellénistiques. À l'écart de la route se dresse l'odéon avec ses gradins en marbre. Le chantier de fouilles de l'ouest, met au jour des vestiges mycéniens, des maisons romaines aux belles mosaïques et le gymnase avec ses 17 colonnes doriques.

Villages d'Asfendiou : Zia, Asómatos, Lagoúdi, Evangelístria et Agios Dimitrios forment un groupe de petits villages pittoresques agrippés aux flancs verdoyants du mont Dikaíos. Ces villages typiques, avec leurs maisons blanchies à la chaux et leurs églises byzantines, ont conservé leur caractère d'origine. Le plus haut,  Zía, est l'archétype du village grec traditionnel. Si vous préférez sortir des sentiers battus, prenez la piste rocailleuse partant de l'Asklepieíon vers Zia, qui passe par Asómatos. Le village le plus bas, Lagoúdi, est moins touristique. De là, une route mène à Palaió pylí. Cette ville byzantine abandonnée avec ses vestiges des murailles du château est perchée sur un rocher, à 4 km au-dessus du village de Pylí. Au XIe siècle, un moine bâtit l'église de l'Ipapandís (Présentation de l'Enfant Jésus) avant de partir à Patmos.  

Mastichári : au port de Mastichári, vous pourrez vous désaltérer dans des tavernes proposant  aussi de délicieux poissons. Vous y verrez aussi une longue plage agréable avec ses dunes, à l'extrémité ouest. En partant dans cette direction, vous rencontrerez les ruines d'une basilique chrétienne aux belles mosaïques.

Kamári : C'est une bonne base pour explorer la côte sud-ouest, où des chemins escarpés descendent depuis la route principale vers les plages. La plus connue est Paradise Beach, au sable blanc. La plage de Kamári permet de rejoindre une basilique chrétienne du Ve siècle, Agios Stéfanos, ornée de mosaïques et de colonnes ioniennes.

Kéfalos : Vieux village agricole renommé pour son thym, son miel et ses fromages, Kefalos est construit au bord d'une falaise calcaire. La forteresse des chevaliers, en ruines, fut édifiée par les chevaleirs de St Jean. Kéfalos est dominée par le moulin à vent de Papavasílis. Non loin, à Palátia, s'étendent les vestiges d'Astypálaia, lieu de naissance d'Hippocrate. La promenade menant à Moni Agiou Ioanni, à 6 km au sud de Kéfalos, traverse des paysages spectaculaires. Un sentier mène à la plage d'Agios Ioannis Theológos.

HIPPOCRATE

Le « père de la médecine moderne ›› (Kos, 460 av. J.-C.) est originaire de Kos. Premier médecin à classifier les maladies, Hippocrate introduisit de nouvelles méthodes de pronostic et de traitement. Il enseigna sur le site de l'Asklepieíon à Kos, où les médecins, prêtres de l'Asklepiada, appliquaient ses méthodes. On lui doit le fameux serment que prêtent encore les médecins.